Musique classique

Andrei Korobeinikov & Alexandre Kniazev

Brahms, Beethoven

Grand Théâtre

Andrei Korobeinikov
Andrei Korobeinikov - © Irene Zandel

Vent d'est avec l'arrivée de deux prodiges de la musique russe, le pianiste Andreï Korobeïnikov et le violoncelliste Alexandre Knaziev.

L'impressionnante discographie de Knaziev est à la mesure de son talent et de la boulimie musicale qui l'anime. Lauréat du Concours Tchaïkovski, il est reconnu pour son intense expressivité, déployant « des ressources poétiques qui sont semblables à celle des premiers romantiques » (International Record Review). Son phrasé étincelant trouve un partenaire idéal en la personne de Korobeïnikov.

Le public aixois a eu la chance de l'applaudir l'an dernier en duo avec le violoniste Vadim Repin. Son génie précoce et polymorphe - il est aussi avocat et compositeur - l'a conduit à être souvent comparé à Evgueny Kissin.

Partagé entre Beethoven et Brahms, deux maîtres reliés par un même lignage, le concert débute par la Sonate pour violoncelle et piano n°2 du second, une œuvre de l'été 1866. Suivent deux arrangements, celui tout d'abord de la célèbre Sonate « à Kreutzer », initialement écrite par Beethoven pour le violon. A l'époque de sa création, elle marqua un tournant dans l'écriture en duo, tant l'écriture rageuse de l'instrument à cordes et la mise en scène des contrastes étaient d'une modernité tout à fait inouïe. Enfin, l'apocryphe Sonate pour violoncelle et piano n°3 de Brahms représente en réalité un arrangement de la Sonate pour violoncelle seul, par le grand violoncelliste Yo-Yo Ma - que le public a pu entendre au Festival de Pâques de cette année.

Calendrier

    • 20:30
      Grand Théâtre

      Andrei Korobeinikov & Alexandre Kniazev