Musique classique

Orchestre Philharmonique du Pays d'Aix

Tournée d'été, Concerts gratuits

Divers lieux

Entrée libre (dans la limite des places disponibles)

La promenade du dimanche (Carl Spitzweg)
La promenade du dimanche (Carl Spitzweg) - © Musée de Salzbourg

VIENNE INDOMPTABLE : Symphonies de Beethoven et Schubert

En 1806, Beethoven a trente-six ans. Il a écrit l’année précédente sa grande symphonie
« Héroïque » dans le tumulte des guerres napoléoniennes.

Après cette période difficile pour la capitale autrichienne et les déclarations guerrières, le compositeur connaît une période relativement calme et heureuse dans sa vie et peut-être à cause de cela, une activité créatrice intense : les Quatuors Razumovsky, le Concerto pour violon, le Concerto pour piano n°4, Fidelio et enfin cette Symphonie n°4, joyeuse et fraiche dont l’atmosphère tranche singulièrement avec celle de l’Héroïque. La Symphonie n°4 apparaît comme le dit Hector Berlioz : « d’une douceur céleste ». L’énergie rythmique présente dans les autres oeuvres plus dramatiques du compositeur est pourtant bien là, mais pour exprimer la joie, la force de la vie : irrésistible.

Le jeune Schubert est fort jeune en 1806 et n’a certainement pas conscience des troubles politiques que connaît Vienne, sa ville natale. Il connaît cependant très rapidement les oeuvres de Beethoven, « géant » qu’il admire par-dessus tout, les étudie et écrit lui aussi des symphonies dès l’âge de 16 ans, en se cachant le soir dans l’internat dont il est l’élève, pour composer dans le plus grand secret. Il a dix-huit ans quand il écrit sa Symphonie n°3. La maîtrise du jeune compositeur est confondante. Il a déjà écrit plus de cents oeuvres durant cette année 1815 dont le célébrissime lied Erkönig Le Rois des Aulnes mais une grande partie ne sera exécutée que bien plus tard, ce qui est le cas de cette symphonie créée à Londres en 1881...

Le style de cette oeuvre écrite peu après la fin du congrès de Vienne qui actait la capitulation de Napoléon, est alerte, traversé par une rythmique fulgurante et un enthousiasme totalement communicatif. La perfection de sa réalisation chez un compositeur aussi jeune laisse songeur, et si Schubert parlait souvent de Beethoven son aîné, on pense aussi à Mozart face à la précocité d’un tel génie.


Jacques Chalmeau, directeur musical et artistique de l'OPPA

  • Entrée libre (dans la limite des places disponibles)

  • à l'exception du concert du 7 juillet à Pertuis (entrée libre sur réservation au 04.90.79.56.37)

Calendrier

    • 21:00
      Gréasque (Théâtre de Verdure)

      Orchestre Philharmonique du Pays d'Aix

    • 21:00
      Mimet (Château-Bas)

      Orchestre Philharmonique du Pays d'Aix

    • 21:00
      La Roque d'Anthéron (Abbaye de Silvacane)

      Orchestre Philharmonique du Pays d'Aix

    • 21:30
      Puyloubier (Théâtre de Verdure)

      Orchestre Philharmonique du Pays d'Aix

    • 21:00
      Le Tholonet (Cour du Château)

      Orchestre Philharmonique du Pays d'Aix

    • 21:00
      Bouc-Bel-Air (Jardins d'Albertas)

      Orchestre Philharmonique du Pays d'Aix

    • 21:00
      Rognes (Carrières de Rognes)

      Orchestre Philharmonique du Pays d'Aix

    • 21:00
      Vauvenargues (Théâtre de Verdure)

      Orchestre Philharmonique du Pays d'Aix

    • 21:00
      Coudoux (Château de Garidel)

      Orchestre Philharmonique du Pays d'Aix

    • 21:00
      Pertuis (Enclos de la Charité)

      Orchestre Philharmonique du Pays d'Aix

    • 21:00
      Peyrolles-en-Provence (Cour du Château)

      Orchestre Philharmonique du Pays d'Aix

    • 21:00
      Saint-Estève-Janson (Théâtre de Verdure)

      Orchestre Philharmonique du Pays d'Aix

    • 21:30
      Châteauneuf-le-Rouge (Parc du Château)

      Orchestre Philharmonique du Pays d'Aix

Téléchargements