Théâtre

Logiqu​imperturbable​du​fou

Zabou Breitman

Jeu de Paume

© Vincent Berenger

C’est une histoire de fou ! Tous sur le pont, on y danse, on y rit, on y raconte de drôles de choses, on se fait rouler dans la farine par une bande de quatre zigotos qui travaillent du chapeau. Chapeau !

La folie se niche partout et surtout là où on ne l’attend pas. Dans ce spectacle ciselé comme une dentelle de Calais et au titre qui sonne comme un manifeste surréaliste, Zabou Breitman se rit du normal et de ce qui va de soi, poussée par le vent venu du paradis des grands poètes humoristes. L’action est censée se passer dans un hôpital psychiatrique là où tout n’est qu’ordre et déraison. Mais très vite, par la grâce de quatre jeunes comédiens rompus à tous les exercices, le vol au-dessus du nid de coucou s’élève dans les limbes de la dérision et de l’humour. Dans la fraîcheur de leurs commencements, dans l’exigence de leur engagement, ils font feu de tout bois, les corps affûtés par la danse, l’acrobatie et le yoga, la langue bien pendue et la gorge déployée, glissant parfois, comme par effraction du côté des bouffons, doux dingues et autres fous échappés de Tchekhov ou Shakespeare. Mais en somme, ça raconte quoi ? Justement on ne peut pas le dire, sans mettre sous l’éteignoir l’étincelle de folie qui sommeille en chacun de nous et qui s’enflamme sans que l’on y prenne garde, dans un éclat de rire par exemple. Mais que l’on se rassure, comme dirait l’autre, la seule différence entre un fou rire et le rire fou c’est la camisole. Pour l’heure, l’entonnoir suffit.

Calendrier

Production Le Liberté, scène nationale de Toulon

Coproduction La Compagnie Cabotine / anthéa, Antipolis Théâtre d’Antibes

Avec le soutien de la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon – centre national des écritures du spectacle et du Théâtre de Châtillon

Diffusion Les 2 bureaux/Prima Donna

Avec l’aide de la Spedidam

© Editions Gallimard Traduction française de « La Salle n°6 » d’Anton Tchekhov par Edouard Parayre

En partenariat avec France Bleu