Théâtre Famille

George Dandin ou Le mari confondu

Molière, Jean-Pierre Vincent

Gymnase

Imaginons un type en rose, ivre d’argent, danser sur Lully à donf, une bacchanale solitaire au milieu d’un faux château. Puis se réveiller en pleine gueule de bois… Tel est Molière lu par le sagace Jean-Pierre Vincent.

George Dandin : c’est un petit paysan débrouillard (et plus que ça, car le génie des affaires peut se nicher partout et ne commencer avec rien). Il a gratté et gratté, dans les céréales, ou le beurre, ou la bidoche – veaux, vaches, cochons, poulets. Il a entourloupé beaucoup de naïfs. Il a gagné beaucoup d’argent. Il a racheté des terres et agrandi ses domaines, il a gagné toujours plus d’argent. Il a fait le voyage de Paris et poussé jusqu’à Versailles où il a tout visité. Revenu ébloui, il a décidé de se faire construire un Versailles modèle réduit, en pleine campagne, histoire d’épater les nobliaux du coin. Et bien sûr, il a fallu aussi s’acheter une femme et un nom. Ça tombe bien, les nobliaux sont souvent titrés, appauvris et dotés de jolies filles bien élevées qui, si elles n’ont pas leur mot à dire quand papa et maman leur choisissent un mari, savent utiliser leur jugeote. Angélique n’en manque pas. Et c’est là que commence notre histoire en forme de théâtre. La suite on s’en délecte, tant nous sommes familiers des ressorts que Molière enfile comme des perles jusqu’à la folle nuit de la dernière scène où s’envolent veaux, vaches, cochons, poulets. Et même plus, probablement.

Calendrier

    • 20:30
      Gymnase

      George Dandin ou Le mari confondu

Production Le Préau Centre Dramatique National de Normandie (producteur délégué), Studio Libre, Théâtre Dijon Bourgogne - CDN

Avec la participation du Jeune Théâtre National