Musique classique

Ivo Pogorelich

De Mozart à Liszt

Grand Théâtre

Ivo Pogorelich
Ivo Pogorelich - © Malcolm Crowthers

Pianiste « cosmique » (Libération), « aussi fascinant que dérangeant » (Diapason), Ivo Pogorelich est l'un des plus grands musiciens de notre temps.

Légende du piano. Son élimination injuste du concours Chopin en 1980 déclencha une tempête dans le monde musical et le soutien de Martha Argerich, qui démissionna avec fracas du jury, tant le mépris pour ce génie naissant lui paraissait insoutenable. Dès lors, il n'a cessé de revisiter le répertoire, se distinguant par sa lecture minutieuse, doublée d'un goût prononcé pour les tempos alanguis, les accents tranchants, les oppositions radicales de nuances. Chaque oeuvre est intégrée à son monde personnel et ne ressemble à aucune autre. La Sonate de Liszt, par laquelle il a choisi d'ouvrir son récital, est l'un des monuments les plus remarquables de la musique pour piano. Faisant fi de la tradition séculaire des quatre mouvements de sonate, Liszt concentre toute l'énergie en un seul, de près de trente minutes ; une demi-heure de gammes extatiques et descendantes, d'accords déchaînés, de mélodies haletantes, s'achevant comme un dernier souffle, dans l'extrême grave. Wagner ne s'y est pas trompé : « Ta Sonate est profonde, noire, sublime comme tu l'es », lui écrivait-il alors. Assez méconnu du public, l'Adagio en si mineur de Mozart lorgne déjà vers le romantisme sombre et intime d'un Schubert, tandis que les Études symphoniques de Schumann, qui terminent le récital, tiennent à la fois de l'étude virtuose et de la variation autour d'un magnifique thème exposé dès les premières notes et richement harmonisé de contre-chants.

Calendrier

On en parle dans la presse
  • Après des années de grande discrétion, Ivo Pogorelich revient en force. Diapason