Musique classique

Sunwook Kim

De Mozart à Brahms

Conservatoire Darius Milhaud

Sunwook Kim
Sunwook Kim - © Marco Borggreve

Le pianiste Sunwook Kim s'est fait connaître il y a déjà dix ans, après avoir été le plus jeune pianiste lauréat du Concours international de piano de Leeds. Depuis, sa notoriété conquiert le monde des mélomanes, la critique louant ses talents, spécifiquement dans la musique romantique et impressionniste, où ses qualités de toucher et d'architecture des formes, lui autorisent une grande liberté dans la conduite des phrases.

Après deux albums consacrés à Beethoven puis à Franck et Brahms, il s'impose dans les plus grandes salles, notamment à la Philharmonie de Paris où ses passages en 2016 et 2017 ont impressionné les plus exigeants.

Ultime œuvre pianistique écrite par Beethoven, la Sonate n°32 opus 111 (1822) cultive l'art de la synthèse à travers ses deux mouvements, alors que la tradition voulait qu'une sonate en contînt au moins trois et idéalement quatre. Le premier mouvement lorgne nostalgiquement vers la célèbre Sonate Pathétique de sa jeunesse : même ton de do mineur, même introduction lente et solennelle (en référence à la Partita n°2 de Bach), même trépidation haletante sous le thème orageux et dramatique de la seconde partie. Comme dans la Sonate en mi opus 90, aussi échafaudée selon un diptyque mineur-majeur, le second morceau prend la forme de l'aria à variations, achevant la partition dans le ton faussement naïf de do majeur. Car, aussi délicat que puisse paraître le thème, l'ensemble des variations conduit à nouveau à la furie ; éclaté, accéléré, emporté par un rythme de galop infernal, la mélodie initiale se métamorphose superbement, ses avatars dévalant le clavier de gammes véloces, illuminant l'aigu de trilles scintillants, avant une conclusion dans le presque-rien, comme si tout cela n'était qu'un merveilleux mirage.

  • Pass J'ai une touche

  • Hors les murs au Conservatoire Darius Milhaud (Aix)

  • J'ai une touche

Calendrier