Théâtre

J’ai des doutes

Raymond Devos, François Morel

Gymnase

© Giovanni Cittadini Cesi

Comédien hors pair, François Morel a l’art d’accommoder les textes et la musique. Avec son fidèle compère Antoine Sahler, ils rendent hommage au verbe fou du grand Raymond Devos.

Le verbe fou. On ne présente plus le truculent et fantaisiste François Morel. Ce génial touche-à-tout aussi à l’aise sur les planches, les plateaux de cinéma que derrière un micro de radio tôt le matin, construit pas à pas, depuis ses premières apparitions au théâtre et à la télévision dans la troupe des Deschiens de Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff, une relation intime et sincère avec un public fidèle années après années.

Après Hyacinthe et Rose et La Vie (titre provisoire), il plonge corps et âme dans la prose du génial et loufoque Raymond Devos, accompagné au piano par Romain Lemire. Comme avait pu faire en son temps le regretté Jean Rochefort avec les textes de Fernand Raynaud, et fasciné par ce grand clown au « grain de folie capable d’enrayer la mécanique bien huilée de la logique, de la réalité, du quotidien », François Morel évoque son amour de jeunesse, une référence fondatrice pour lui et l’artiste qu’il est devenu. Sur scène, l’acteur dit les mots, le chanteur les scande parfois, pour rendre un vibrant hommage à une oeuvre unique, populaire et sophistiquée, avec un plaisir infini de replonger dans les textes et les jeux de mots de l’artiste belge disparu en 2006. Ode pour une oeuvre hors du temps, éminemment physique, joyeuse et sensible, sur l’absurdité du monde qui nous entoure.

Texte Raymond Devos
Mise en scène et interprétation François Morel
Musique Antoine Sahler
Piano Romain Lemire

Calendrier

Production Les Productions de l’Explorateur, Châteauvallon, Scène nationale, La Coursive, Scène Nationale de la Rochelle, La Manekine, scène intermédiaire des Hauts-de-France.