Théâtre

Le Bac 68

Philippe Caubère

Jeu de Paume

© Arnold Jerocki

Les Théâtres sont fiers d’accueillir cette saison l’acteur torrentiel dans un ultime dyptique autobiographique. Premier chapitre en février au Jeu de Paume avec Le Bac 68.

En 1968, Ferdinand a 18 ans. Il fait ses débuts au Théâtre d’essai d’Aix-en-Provence. Le spectacle raconte cette France d’alors dans le regard d’un lycéen timide et gauche. 1968, ses pavés et sa révolution, sa lutte de classes et ses utopies.

Créé il y a 20 ans, Philippe Caubère réadapte et recompose Le Bac 68, chapitre emblématique de son roman autobiographique. Pivot d’une œuvre théâtrale sans égale, on y retrouve tous les personnages fantasmés de l’acteur. Ferdinand Faure bien sûr l’alter ego, Isabelle la sœur, Gérard Philippe, Malraux, le Général de Gaulle, et puis Claudine la mère, objet de toutes les attentions, celle qui console, punit, s’excuse beaucoup, s’indigne souvent, et nous fait rire, tellement. Grand habitué des spectacles-marathon, Philippe Caubère livre un spectacle plus court que les autres (2h), régénérant, pour les fidèles comme pour les néophytes, l’alliance magistrale entre le théâtre physique et le comique des mots dont on savoure chaque syllabe, chaque accent, chaque intonation.

Retrouvez Philippe Caubère en mars 2018 au Gymnase dans Adieu, Ferdinand !

Écriture, mise en scène et interprétation Philippe Caubère
Après avoir été improvisés devant Jean-Pierre Tailhade et Clémence Massart
Assistant à l'écriture Roger Goffinet
Lumières Claire Charliot
Son Mathieu Faedda
Styliste Christine Lombard
Jupe de la mère Sophie Comtet (d'après un tableau d'Egon Schiele)
Photos Michèle Laurent, Arnold Jerocki, Gilles Vidal

Calendrier

On en parle dans la presse
  • Un moment de théâtre hors norme La Croix

Production La Comédie Nouvelle

Avec le soutien du Ministère de la Culture